fake
extrait.O2

Pulsations. J’entre dans la Faille au bras d’Ulysse - impeccablement cillant brûlée nette dans l’extrême précision du Jeu. Bienvenue sur NewLife. Ta vie pour du réel. Echange des données. Délivrance in situ : initialisations affectives nominatives.

- Ton nom pour ici ?

Mermaid - et la mer sous influx. Nue - ordinairement sur l’extra. Avec retour impossible sur suivi. Réglages de la webcam. Intra-voyage en mode « étape Summum-limite » - toutes données confisquées hors écran positionné. « La désertion aux lèvres - te mentirai très exactement au-delà du premier voyage. » Porte-709.

Retour impossible. Programme d’oscillations sur pré-dispositif en-stase - décalque luminescent et vagues incertaines sous tension. Prendre la mer. « On prend la mer » me dit Ulysse. Je regarde le fond blanc à mes pieds. La luminosité intégrale de l’horizon nu sur pertes liquides au loin. L’ébrèchement de la Faille à l’hyper-couleur perlée. Rien. Le blanc total. Je touche aux bras l’hyperfonction d’Ulysse. Œil à l’appui sur puissance admise de réel au décor : 1,3%. Découpes. Interdépendances lumineuses à accès sériel sur suite. Sur-voyage à l’écoute. Te dévorerai d’extases entre la mer et le Blanc du décor. Prendre la mer sur suivi. Je photographie Ulysse regarder la mer en perfusion avec sirènes d’alarmes remixées sur bande d’écoute. « Tes yeux sont bleus comme la mer » dit Ulysse. Ulysse est fou. « Un œil seulement et on met les voiles. Le fond de tes yeux pour prendre la mer. »